Professeur Emmanuel KAMDEM
HDR, Sociologie de l'organisation
Professeur des universités

Accueil

« S'ouvrir ou se refermer ? Telle est la question. Mais à l'évidence, il s'agit d'une question dont la réponse ne fait plus l'objet du moindre doute. Oui, l'Afrique doit s'ouvrir au reste du monde. Il y va de sa pérennité et de sa survie. Le problème se pose donc autrement : comment s'ouvrir sans être entièrement dominé et en préservant un maximum d'acquis nécessaires, pour éviter une situation de dépendance durable et irréversible ? Il faut clairement affirmer que l'ouverture à la mondialisation sera d'autant plus utile et positive si l'Afrique réussit à opérer un enracinement local, c'est-à-dire à construire une identité nouvelle et plus enrichie fondée sur la solidarité, l'altérité, la palabre réconciliatrice et la diversité culturelle. Il n'est pas exagéré de dire que ce sont des principes fondamentaux et régulateurs de l'organisation africaine depuis très longtemps et qui doivent être réactualisés dans le processus de reconstruction identitaire. Ce débat sur la mondialisation et l'enracinement socioculturel n'est pas du tout inutile, car il peut être un lieu approprié pour le développement des habiletés et des compétences interculturelles dans le management. L'expérience de certains pays asiatiques est très significative de ce point de vue. Qu'il s'agisse du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de Singapour, de l'Inde ou encore tout récemment de la Chine, on retrouve une catégorie de pays qui ont la particularité de construire leur développement économique et social sur le double versant de la tradition et de la modernité. Dans ces différents pays, le mariage souvent heureux (quoique parfois très difficile) de la tradition locale et de la modernité occidentale a fini par produire de nouvelles générations d'acteurs sociaux. Ces derniers réussissent, par exemple, à créer une convergence optimale entre d'une part, leur spiritualité et leur tradition authentiques et d'autre part, l'utilisation des outils parmi les plus sophistiqués de la technologie, de la science et de la modernité. »

Emmanuel KAMDEM, « Ethique, mondialisation et pratique des affaires : enjeux et perspectives pour l'Afrique », Revue Management International, vol. 11, n° 2, 2007, p. 76.  Leçon inaugurale prononcée lors de la rentrée solennelle de l'Université de Douala, Cameroun, le 14 janvier 2005, p. 18.